C'est sous l'impulsion du Club de Bordeaux-Cameroun France et sous la présidence d'Alain Juppé, maire de Bordeaux, ancien Premier ministre et président de la communauté urbaine Bordeaux Métropole, que se sont déroulés, les 30 mai et 1 avril, les 5ème Journées nationales des diasporas africaines (JNDA), dont la principale cheville ouvrière est, avec les équipes de la Ville de Bordeaux, Pierre de Gaétan Njikam, d'origine camerounaise et adjoint au maire chargé des partenariats avec l'Afrique subsaharienne.

Au-delà de retrouvailles entre Africains de la diaspora, il s'agit aussi de remonter l'histoire et de renforcer les liens culturels, économiques et humains tissés entre la capitale aquitaine et le continent africain. "Ces liens constituent un réel atout pour accroître la visibilité et le développement de Bordeaux en Afrique, où émergent des dynamiques nouvelles", explique-t-on du côté de la mairie de Bordeaux.

"La ville est engagée depuis plusieurs années dans des actions de partenariats innovants avec des régions d'Afrique, notamment sur les axes de l'attractivité, des échanges économiques et de l'entrepreneuriat", ajoute-t-on, mettant en avant "la chance de l'agglomération de pouvoir s'appuyer sur un écosystème africano-bordelais multisectoriel et dynamique". L'idée, en creux : favoriser l'accompagnement des actions portées par les jeunes, qu'ils soient étudiants ou entrepreneurs.

Avec le destin de nouvelle frontière désormais collé à l'Afrique, le volet économique occupe une place particulièrement importante, et notamment l'entrepreneuriat avec comme objectif de tisser des liens efficaces entre acteurs de la région de Bordeaux et africains, d'ici ou de là-bas. Donc, dans l'acception des JNDA, développement et croissance riment avec partage avec comme perspective des échanges les plus équitables possible.