Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2017

Présidentielle2017: Le pupitre tricolore en bois de Macron est imité de celui de Mitterrand !

Présidentielle2017: Le pupitre tricolore en bois de Macron est imité de celui de Mitterrand !

Le pupitre tricolore de Macron

Il fait partie de la campagne électorale. Il est présent à chaque meeting. Emmanuel Macron s'y tient derrière pour ses discours au premier comme au second de l'élection présidentielle: Son pupitre tricolore ! D'après nos confrères de L'Express, le pupitre en bois d'Emmanuel Macron a coûté 3000€.

Le pupitre en bois d'Emmanuel Macron évoque celui de François Mitterrand en 1988 quand, pour sa réélection, il cherchait à rassembler au delà de son camp.

Le candidat d'En Marche ! reprend les clips et le pupitre de la campagne de Francois Mitterand en 1988 quand, pour sa réélection, il cherchait à rassembler au delà de son camp. « Le François Mitterrand de 1988 a beaucoup inspiré les équipes d’En Marche ! ». C'est lors de son meeting à Lyon en février dernier, que nous avions découvert ce pupitre.

Il paraît que même son clip de campagne est, pour le moins, « très proche de celui de François Mitterand à l’époque »…!

Si Emmanuel Macron est élu le 7 mai prochain, le pupitre tricolore en bois aura contribué aussi à son élection !

Chatellerault: Edith Cresson au meeting d'Emmanuel Macron !

Chatellerault: Edith Cresson au meeting d'Emmanuel Macron !

Edith Cresson, ancienne Première ministre de François Mitterrand

Ancienne Premier ministre de François Mitterrand et ancienne Maire de Chatellerault, est venue de Paris pour le meeting de Macron. Dans le complexe culturel de Châtellerault, les élus appelés en renfort affluent. L’ex Première ministre de François Mitterrand évoque la faillite de Hollande et la nécessité de «reconstruire».

Edith Cresson, ancienne Première ministre de François Mitterrand

Pour le second tour, «il n’y a pas le choix» assène l’ancienne maire de Châtellerault qui dénonce le «scandale» Mélenchon. Lequel vient de refuser de donner une consigne de vote à ses «insoumis».

Edith Cresson prend place au premier rang à la droite de la chaise encore vide de Brigitte Macron.

Le maire UDI de la ville Jean-Pierre Abelin s’installe non loin. «Ici c’est une dynastie les Abelin», glisse Cresson. «A la mairie il y a le père la mère, et maintenant c’est la fille qui veut le fauteuil de maire…».

Sur les deux premiers rangs de chaises, des «élus de tout bord» qui ont «pris leurs responsabilités», salue Macron.

Chatellerault. Vidéos. Macron dénonce la posture de Jean-Luc Mélenchon !

Chatellerault. Vidéos. Macron dénonce la posture de Jean-Luc Mélenchon !

Emmanuel Macron en meeting à Chatellerault

Des Mélenchonistes se déchaînent sur nos vidéos de Macron à Chatellerault, des commentaires fusent. En effet, Emmanuel Macron a enfoncé le clou en préambule d'un meeting à Châtellerault, reprochant à Jean-Luc Mélenchon de commettre "deux fautes profondes". "La première c'est de ne pas avoir l'esprit de distinction. Nous avons de nombreux désaccords que j'ai toujours assumés. [...] Mais nous partageons une chose, c'est d'être attachés (à) pouvoir débattre de ces désaccords dans un cadre républicain", a souligné le candidat d'En Marche. "C'est une différence avec le Front national et il l'a oublié! C'est une faute grave, lourde", s'est-il exclamé.

"Sa deuxième faute, c'est de trahir les siens. [...] La plupart d'entre eux se sont battus, ont payé, pour lutter contre les extrémismes, pour se rappeler cette vertu morale qu'il est en train d'oublier", a ajouté Emmanuel Macron, en se demandant ce que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon avaient à voir "avec le ni-ni qu'il leur sert".

Vendredi, le leader de La France insoumise a confirmé son refus de donner une consigne de vote. "Ce que je vais voter, je ne vais pas vous le dire, il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire mais je ne le dis pas pour que vous puissiez rester regroupés", a déclaré Jean-Luc Mélenchon à ses militants dans une vidéo postée sur YouTube, refusant de "s'aligner séance tenante sur un choix" en faveur d'Emmanuel Macron. Pour autant, le quatrième homme du premier tour ajoutait : "Est-ce qu'il y a une seule personne parmi vous qui doute du fait que je ne voterai pas Front national? Tout le monde le sait!"

«J’entends dire que la France des villes qui réussit serait en ma faveur et la France des champs serait derrière Mme Le Pen. Merci d’être là pour témoigner du contraire.» Pour une victoire «la plus large possible» le 7 mai, Le favori de la présidentielle doit aussi pouvoir compter sur «la France des champs».

«La page de plusieurs décennies politiques est tournée, les deux principaux partis ont disparu du champ politique pour ce second tour. Le fait qu’aucun front républicain n’ait vu le jour depuis dimanche prouve une forme de banalisation du FN. Il y a un affaiblissement moral, une perte de repère profonde.»

«Le moment est grave parce que le pays est fracturé et que le deuxième tour n’a rien d’innocent», déclare Macron.

Les résultats du premier tour reflètent une «recomposition profonde» et durable du paysage politique entre trois forces : une «droite réactionnaire qui veut la fin de l’Europe», une «force progressiste» qu’il représente et une «force contestataire de gauche qui prétendant défendre les droits des plus fragiles, perpétue un système».

 

Pour une victoire «la plus large possible» le 7 mai, Le favori de la présidentielle doit aussi pouvoir compter sur «la France des champs».